samedi 21 avril 2018

Anthologie Civilisations disparues - collectif






Résumé : Les siècles passent, les peuples aussi, mais restent dans les esprits. Leurs croyances hantent toujours la terre. Qui sont-ils vraiment ? La question demeure. Toutes ces cultures à demi ensevelies fascinent en nourrissant nos peurs les plus primales. Momie vengeresse, temple abandonné, talisman maudit, rituel du fond des âges ; autant de thématiques exploitées par les auteurs du fantastique.

Au détour d’événements aussi étranges qu’inquiétants s’éveilleront les Celtes d’Irlande et leur peuple légendaire, les Leuques gaulois, les Scythes, la magie vaudou, les guerriers Vikings, les curieuses statues de l’île de Pâques, les Étrusques, les Incas, la glorieuse Byzance, les Égyptiens et les Nabathéens.



Avis :  Le pari des éditions Luciférines était de proposer des nouvelles fantastiques contemporaines, et je dois dire que l'idée de dépoussiérer un peu le genre est réussi. Il est vrai que pour ma part, je suis restée coincée du côté de Poe, Maupassant ou Théophile Gauthier, et la perspective de lire des textes récents appartenant à ce genre me plaisait bien. A la fin de chaque nouvelle, la civilisation qui a inspiré la nouvelle est présentée.

Un recueil que j'ai apprécié d'un bout à l'autre à travers la diversité dont il fait preuve : diversité de styles et de formes, les nouvelles sont réussies, et sont parvenues à me faire renouer avec cette ambiance angoissante, parfois poisseuse, que j'apprécie dans le fantastique. 

Bien sûr, j'ai mes coups de coeur. Le sacrifié d'El Plomo qui joue jusqu'au bout le jeu : délire adolescent ou surnaturel dans le drame qui se joue ? Entre deux visage, court mais dont j'ai beaucoup aimé le jeu par l'intermédiaire du miroir. Erin et son ambiance forestière et proche de la nature, qui m'a beaucoup fait penser au druidisme. L'atmosphère de cette nouvelle, des esprit sauvages, m'a beaucoup parlé. Les pourrisseurs et son ambiance glauque et hallucinée, un peu à la Lovecraft... mais en mieux (cela dit je le confesse, je n'aime pas Lovecraft). Bährenhaftigkeit m'a également beaucoup plu, déjà par le propos, mais aussi par la forme adoptée, celle de témoignages des protagonistes lors d'une enquête, qui permet de ménager pas mal de surprise ; exercice réussi ! 

Les autres nouvelles sont très bien elles aussi, mais m'ont un peu moins parlé. Même si la qualité de style et d'imagination restent présentes. Découvrir de nouvelles plumes m'a aussi fait beaucoup de bien (parce que, c'est vrai, j'ai tendance à rester un peu accrochée à ceux que j'apprécie). Un très bon recueil, que je ne peux que conseiller à ceux qui aiment le genre.


C'est du bon !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire