mercredi 24 avril 2019

Les Sentiers des Astres, tome 3 : Meijo - Stefan Platteau




Résumé : Pour avoir mis à mort la Croque-Carcasse, l’ourse sacrée du Lempio, la jeune Nisu s’est vue bannie de son île natale, il y a près de dix ans. Pourchassée par une ombre, hantée par l’Outre-songe, elle s’embarquait vers l’Héritage, en compagnie de son amant Meijo.Par quels caprices du destin l’apprentie chamane est-elle devenue la Courtisane Shakti ? Pour le savoir, le Barde Fintan et ses compagnons devront patienter un peu. Car le répit offert par les Teules, propice aux bons récits, aura bientôt vécu : déjà les flammes rugissent, la forêt boréale résonne d’abois fauves et de cors démoniaques. Il est temps de reprendre la quête du Roi-diseur, de marcher dans les pas des géants ! Et puisqu’il faut déjouer la traque, l’heure est peut-être venue d’emprunter enfin les Sentiers des Astres… 


 Avis : On ajoute un troisième coup de coeur aux deux précédents, car oui, ce tome trois réunit à nouveau les ingrédients qui m'ont beaucoup plu. 

Nous voilà donc de retour chez les Teules, en compagnie des restes de l'expédition Rana. Et toujours la nécessaire fuite face aux Nendous, déterminés à faire payer à nos héros le prix de leur imprudence. Avec toujours cette lenteur suave et un extraordinaire talent de conteur, l'auteur emmène le lecteur sur les Sentiers des Astres, modelant les mots, les entremêlant, et tel notre barde Fintan, nous ensorcèle avec une facilité déconcertante au gré de son dit.

Pour des raisons que je vous laisse découvrir, Shakti est à nouveau amenée à narrer son passé. Avec tristesse et effroi, j'ai suivi son voyage avec Meijo, personnage abject s'il en est, et admiré tout du long ce personnage féminin, si tenace et persévérant. D'autres figures se dévoilent le long de ce double récit, notamment celui de Kunti - la confrontation finale est plutôt magistrale, et tout comme les dernières pages des précédents tome, l'auteur sait vraiment envoyer du lourd. 

Tour à tour émerveillée par les riches cités évoquées par Shakti, titillée d'angoisse, voire écoeurée par les rares mais éprouvantes manifestations des Nendous, la capacité évocatrice de la narration est vraiment ce qui fait la force de cette saga. La diversité des cultures, la diversité déployée pour faire découvrir les cultes, les rites, les conflits qui animent la société de l'Héritage m'ont littéralement transportée ailleurs. Le tout sur l'édition en dur des Moutons électriques, et vous voilà comme un gosse qui lit son premier gros livre de conte, qui l'ouvre avec la fièvre d'y découvrir les friandises qui l'attendent et le referme avec regret.

Une lecture lente, qui prend son temps, mais qui se savoure à chaque mot, chaque phrase, chaque page ; dans laquelle je ne peux qu'encourager quiconque lira ses lignes à s'immerger. De mon côté j'attends le tome 4 de pied ferme.



Coup de coeur